La traversée du désert et les hauts plateaux andins (6 jours & 5 nuits).

Aperçu du programme. Le circuit proposé permet de découvrir les multiples facettes géographiques, historiques et culturelles du désert de l'Atacama et de l'extrême nord du Chili, surnommé aussi le Grand Nord.

Il combine le désert du littoral et son impressionnante chaîne montagneuse côtière; la pampa, grande plaine aride de l'intérieur du pays où s'est développée l'industrie salpêtrière qui fit la richesse de la région à partir de la fin du XIXème siècle et, finalement, les hauts plateaux andins, avec leurs paysages grandioses, les nombreux volcans, la flore et la faune très variées, ainsi que plusieurs villages d'origine préhispanique.

Sans nul doute, un circuit très complet à tous les égards.

■ Jour 01. Vol de Santiago à Calama

Transfert depuis le centre de Santiago vers l'aéroport. Envol vers Calama durant la journée. Arrivée à l'aéroport de Calama, accueil et transfert à l'hôtel. Déjeuner à Santiago ou à Calama. Temps libre. Dîner et logement à Calama.

Contactez-nous pour obtenir un
devis personnalisé.

■ Jour 02. Le désert, la chaîne côtière et le littoral du Pacifique.

Petit déjeuner. Départ en début de matinée vers le petit port de Tocopilla, fondé durant la première moitié du XIXème siècle et situé alors en territoire bolivien. La ville connut un grand développement grâce à l'industrie minière et l'exploitation des gisements de nitrates. Elle abrite aussi depuis 1915 une centrale thermoélectrique alimentant la grande mine de cuivre de Chuquicamata. Petite anecdote : Alexis Sánchez, la promesse du football chilien qui vient d'être transféré à Barcelone, est originaire de cette ville. La traversée de la Cordillère de la Côte est particulièrement impressionnante et permet d'observer au loin la ligne de chemin de fer construite en 1890 pour unir les différents cantons salpêtriers au port. Piquenique le long de l'Océan Pacifique. Arrêt à l'embouchure du fleuve Loa, le plus long du Chili et un des rares à interrompre et découper le cordon montagneux de cette région du pays. Poursuite de la magnifique route du littoral jusqu'à Iquique. Possibilité de baignade dans l'une des nombreuses criques proche de la route. Dîner et logement à Iquique.

■ Jour 03. Les anciennes usines salpêtrières de la pampa.

Petit déjeuner. Brève visite de la ville d'Iquique, localisée à un emplacement occupé à l'origine par les indiens changos et ayant ensuite appartenu au Pérou avant la Guerre du Pacifique (1879-1884). La ville connut un grand développement économique grâce à l'activité du salpêtre qui commença au XIXème siècle. Actuellement, Iquique est un important port du nord du Chili, très actif avec sa Zone Franche et le commerce avec la Bolivie. Déjeuner. Départ vers l'ancienne usine salpêtrière de Humberstone fondée en 1872 sous le nom de Oficina La Palma. Déclarée Patrimoine Mondial de l'Humanité par l'UNESCO en 2005, la cité minière est actuellement complètement abandonnée, constituant ainsi une vraie ville fantôme. Son théatre construit en pin d'Orégon fut visité durant son apogée par de nombreux artistes de renommée mondiale. Poursuite du circuit et visite du village de La Tirana, le plus important lieu de pèlerinage du nord du Chili et dont l'histoire remonte au XVIème siècle. Une princesse inca serait tombée amoureuse d'un chercheur de fortune portugais; leur amour étant impossible, ils furent tués. La fête de La Tirana a lieu le 16 juillet et est un mélange de rites folkloriques, andins et catholiques. Durant la cérémonie, plusieurs écoles de danse défilent et rendent hommage à la Vierge. La diablada -endiablée-, la danse la plus connue de toutes, mérite une mention spéciale. Dîner et Logement à Pica.

■ Jour 04. Les hauts plateaux andins.

Petit déjeuner. Visite de la très agréable oasis de Pica, d'origine précolombienne et célèbre -avant l'époque du nitrate- pour son vin. L'essor du salpêtre à partir de la moitié du XIXème siècle transforma l'endroit. La vigne fut abandonnée au profit de plantations d'agrumes et de manguiers. Le village situé en plein désert obtint ses ressources hydriques nécessaires à l'irrigation grâce à des socavones, longs et étroits tunnels qui filtrent et captent l'eau des nappes souterraines et la conduisent jusqu'à de grands réservoirs naturels, les fameuses cochas de Pica. Pause et petite baignade, le temps de profiter de leurs eaux tièdes. Visite des géoglyphes de Pintados, un ensemble de plus de 350 figures géométriques, zoomorphes et anthropomorphes peintes sur le flanc de la colline, datant de la période 500 à 1450 après J.-C. et dont une des figures ressemble étrangement au symbole apparaissant dans Tintin et les Cigares du Pharaon. Déjeuner à Pozo Almonte ou Huara, petites villes situées sur la route Panaméricaine. Détour jusqu'au Géant de l'Atacama, le plus grand des géoglyphes de la région. Montée progressive en altitude par la magnifique route menant à Colchane. Dîner et logement à Colchane ou à proximité.

Contactez-nous pour obtenir plus de
renseignements sur ce circuit.

■ Jour 05. Les hauts plateaux andins et le salar de Surire.

Petit déjeuner. Départ en début de matinée par la magnifique route des hauts plateaux andins, aux paysages grandioses et variés. Découverte de nombreux villages d'origine précolombienne. Isluga, situé à presque 4000 mètres d'altitude, possède une des plus jolies églises de toute la région. En voie d'abandon, l'endroit renaît lors du carnaval en février et lors de la fête de Saint Thomas en décembre. Enquelga, petite localité composée par de jolies maisons en pierre et aux nombreux champs de quinoa (Chenopodium quinoa), une pseudo-céréale appartenant à la famille de la betterave et qui a été baptisée par les incas comme la mère de tous les grains. Piquenique au bord des thermes de Polloquere situées dans le salar de Surire, exploité en partie pour le borax et dans lequel vit une abondante faune de camélidés ainsi que de nombreux flamants roses. Guallatire, autre petite localité andine. Arrivée à Putre en fin d'après-midi. Balade dans la ville d'origine préhispanique. Celle-ci se développa à partir du XVIème siècle grâce à l'arrivée des espagnols qui fuyaient le port d'Arica en raison de la malaria qui y régnait alors. La mine d'argent de Potosí et celle d'or de Choquelimpie contribuèrent ensuite à son expansion. A partir de 1825, avec l'indépendance de la Bolivie et l'épuisement des gisements miniers, la ville perdit progressivement de son importance. En 1868 un important tremblement de terre ravagea partiellement la cité. Actuellement, quelques magnifiques portiques, témoins de son époque glorieuse, subsistent encore. Dîner et logement à Putre.

■ Jour 06. Le lac Chungará et le Parc National Lauca.

Petit déjeuner. Départ matinal vers le Parc National Lauca. Avec un peu de chance, à la sortie de la ville, des tarucas (Hippocamelus antisensis) ou cerfs andins. Quelques kilomètres plus loin, le bofedal de Parinacota, de verts pâturages où se retrouvent habituellement de nombreux oiseaux et camélidés. Visite du village de Parinacota, situé sur l'ancienne route ayant uni Arica aux célèbres mines d'argent de Potosí. Le village possède une magnifique église datant du XVIIIème siècle. La route longe ensuite les lagunas Cotacotani, un ensemble de lacs interconnectés aux couleurs émeraudes qui descendent jusqu'au bofedal de Parinacota par une suite de filtrations souterraines. Poursuite du circuit jusqu'au lac Chungará, un des plus élevés de la planète avec ses 4.570 mètres d'altitude. Une magnifique vue panoramique permet d'admirer non seulement le lac de couleur vert émeraude mais aussi les hauts sommets l'entourant, les volcans Parinacota et Pomerape. Retour à Putre. Déjeuner. Descente vers Arica. Petit arrêt à la forteresse de Copaquilla datant du XIIème siècle et offrant une magnifique vue plongeante sur la vallée environnante. Plus loin, au bord de la route, les célèbres cactus chandeliers (Browningia candelaris). Envol vers Santiago en début de soirée, selon horaire et disponibilité des vols. Accueil à l'aéroport Arturo Merino Benitez et transfert au centre ville. Fin des services.

Réaliser un modification. Un changement possible à ce programme serait de le réaliser dans l'autre sens, en commençant le circuit par Arica, et en le terminant à la ville de Calama ou éventuellement même à San Pedro de Atacama.

Dans ce cas, il faut considérer une nuit à Arica et deux nuits à Putre pour réaliser le circuit dans les meilleures conditions.

Rallonger le circuit. Il est parfaitement réalisable de prolonger ce voyage au Chili de plusieurs façons différentes.

Une première possibilité serait de s'attarder une journée de plus à Calama pour parcourir la haute vallée du Loa, découvrir son art rupestre ainsi que quelques villages andins encore bien actifs perdus dans de profonds canyons. Une brève visite à la mine de Chuquicamata est également envisageable.

Une autre manière serait de commencer la traversée du désert par une des villes situées beaucoup plus au sud, Copiapó ou Antofagasta, et explorer une zone encore peu connue du Chili.

Une autre option encore serait de rester la dernière nuit à Arica et continuer le circuit en redescendant vers le sud et en logeant dans un petite localité côtière au passé historique très important, Pisagua.

Pour les adeptes des hauts plateaux andins, un excellent choix serait de rester plus longtemps à Pica, Colchane ou Putre et découvrir entre autres des empreintes fossilisées de dinosaures à la vallée de Chacarillas, ou le magnifique désert de sel du Salar de Huasco, aux nombreux flamants roses.

Retrouvez-nous sur Facebook Envoyez-nous un mail.

TSWYSEN - Voyages à la carte et sur mesure au Chili
www.tswysen.cl - tswysen@tswysen.cl